Catégories
Presse

Les éoliennes ont-elles été mal placées sur le territoire français ?

Trop visibles, mal réparties sur le territoire, les éoliennes défigureraient les paysages français. Pourtant, la programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit un doublement de leur capacité d’ici 2028.

Des girouettes ? En quelques semaines, le secteur de l’éolien est passé de la certitude d’un avenir radieux à l’angoisse des lendemains qui déchantent. Et ce à cause des mêmes décideurs. Le 14 janvier à Pau (Pyrénées-Atlantiques), le Président de la République Emmanuel Macron affirmait que « la capacité à développer massivement l’éolien est réduite ». Quelques jours plus tard, dans le quotidien Le Monde, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne déplorait une mauvaise répartition de ce type d’énergie concentrée dans les Hauts-de-France et le Grand-Est où se trouve la moitié de la capacité installée. « Cela s’est fait de façon anarchique et on a des territoires dans lesquels il y a une saturation, y compris visuelle, affirmait la ministre. On n’a pas suffisamment travaillé avec les collectivités territoriales. Les porteurs de projets peuvent avoir des démarches vécues comme du démarchage agressif. Il faut éviter que les champs se concentrent au même endroit, sans renoncer à l’éolien pour autant. »

Ce renoncement est d’autant moins à l’ordre du jour que l’éolien terrestre occupe une belle place au sein de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) adoptée fin 2019 et dont la consultation publique vient de s’achever. Selon les décomptes de France Energie Eolienne (FEE) le syndicat professionnel qui regroupe 300 entreprises du secteur, plus de 16 Gigawatts (GW) étaient installés en France au 30 septembre 2019, soit l’équivalent de 8000 aéro-générateurs. La France est d’ailleurs dans une situation très favorable puisqu’elle connaît trois régimes de vent différents : façade Manche-Mer du Nord, front atlantique et zone méditerranéenne. Le vent souffle toujours quelque part si bien que les éoliennes fonctionnent 80% du temps.

Les éoliennes ne peuvent être installées sur près de la moitié du territoire

La PPE prévoit qu’en 2028, la puissance installée devra atteindre 34 GW ce qui implique la construction de 7000 éoliennes supplémentaires. Cette énergie est incontournable pour réussir les objectifs français de réduction des gaz à effet de serre. Si elle assure aujourd’hui 7,2% de l’électricité produite, elle devra plus que doubler ses performances à la fin de la prochaine décennie. 40% du mix énergétique devra alors provenir des énergies renouvelables.

Elisabeth Borne parle d’implantations qui se sont faites « de façon anarchique ». Rien n’est plus faux. Tout d’abord 47% du territoire français est interdit aux mats. Les raisons sont multiples : couloirs aériens militaires, risques de perturbation des radars de l’armée de l’air, loi de protection des paysages, proximité de bâtiments classés, respects des sites naturels classés, couloirs de migrations des oiseaux. Par ailleurs, la topographie est prise en compte pour sélectionner localement les zones où la force du vent est la plus régulière.

Les éoliennes sont attaquées systématiquement en justice

Source : Sciences et Avenir du 4/03/2020

Par Loïc Chauveau
Journaliste spécialisé en environnement depuis le sommet de la Terre de Rio de Janeiro (1992). Sujets traités: biodiversité, climat, animaux, négociations internationales

Partager sur ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *